Une évaluation en français, au début du CE2. Sur le principe: une bonne idée.

 

 

Bonjour à tous,

 

Bien vu! Un bilan de compétences en français écrit, au début du CE2, on ne peut que se réjouir de cette nouvelle.


S'il s'agit bien d'un bilan de compétences, et pas seulement de connaissances.


Évaluer, pour vérifier que les enfants, ont intégré les connaissances vues en classe et pouvoir les corriger, c'est ce que font déjà les enseignants dans leurs classes, ça s'appelle "faire des exercices".

Dans l'annonce faite, le 16 mars, par la ministre de l'éducation, il semble que l'évaluation sera identique pour tous. Sur le moment, j'ai pensé: Enfin! Une bonne nouvelle! Puis, je me suis dit: Quatre mois pour concevoir le test et former les enseignants à l'interprétation des résultats, c'est court!


Créer ce genre de QCM n'est pas une mince affaire. Il faut prendre en compte de nombreux paramètres lors de la construction des questions.

Bien conçu, ce questionnaire peut être un outil remarquable entre les mains des enseignants. Je dis, "bien conçu" , parce qu'il est très facile de poser une question, mais bien plus compliqué d'identifier pourquoi l'élève s'est trompé.

Je finalise moi-même, en ce moment, ce type de bilan. Lorsque j'ai commencé, je n'étais pas vraiment consciente de la somme de paramètres que j'allais devoir prendre en compte.

(un premier bilan est en ligne, vous pouvez le tester gratuitement)



Une question importante subsiste: Pourquoi seulement au CE2

Je comprends qu'il faut bien commencer quelque part, mais  faire l'impasse sur les CM1 et les CM2...  Cela signifie-t-il que pour eux, il est déjà trop tard?


De même, j'aimerais bien savoir quelle base va être utilisée pour construire ces tests?

En clair, s'agit-il d'un contrôle de connaissances, de compétences ou des deux?


En début de CE2, les enfants n'ont que de faibles connaissances à l'écrit. Attention, je ne dis pas que ces connaissances sont négligeables, seulement que les connaissances qui peuvent être évaluées sont encore très limitées: Identifier les différents éléments d'une phrase simple, distinguer le présent du passé et du futur, comprendre le sens de mots courants ... 

Ce qui fait une grosse différence à cette âge, et qui va déterminer l'évolution de leurs apprentissage de l'écrit, c'est l'étendue de leur vocabulaire, le stade de développement de leur syntaxe, le degré d'automatisation de l'association graphème/phonème, et de nombreux paramètres purement cognitifs, comme la capacité de traitement de leur mémoire de travail, la "flexibilité" au sens cognitif, du terme ...

Ces compétences seront-elles testées? et si oui, de quels outils disposeront les enseignants pour analyser les résultats?

 

J'espère que nous aurons, très prochainement, des réponses à ces questions et  que nous apprendrons, très vite, que cette évaluation va aussi, concerner les CM1 et les CM2.

 

Cette bonne idée ne va pas être simple à mettre en œuvre, surtout au CE2, mais bien conçue, elle peut être le premier pas vers le retour des apprentissages fondamentaux à l'école.


À bientôt!

 

http://www.francebleu.fr/infos/education/decrochage-scolaire-une-evaluation-des-eleves-en-debut-de-ce2-2219473

 


Écrire commentaire

Commentaires : 0