Papier ou écran : Votre cerveau ne lit pas de la même façon!

Universités de Dartmouth (NH) et Pittsburgh (PA), USA

Avant de se lancer dans le tout numérique, laissont aux chercheurs le temps d'étudier l'impact sur le cerveau.
La tablette n'est pas le papier "en mieux" !

La recherche

Cette recherche, publiée en 2016, réunit quatre expériences. Les trois premières sont décrites ci-dessous, j'évoquerai les conclusions de la dernière à la fin de cet article.

Le but de ces recherches est  de déterminer si le cerveau traite les informations de la même façon, lorsqu'il lit sur écran ou sur papier.

Pour chacune de ces études, les participants étaient répartis au hasard, dans 2 groupes : un qui effectuait la tâche sur écran, l'autre sur papier.

À l'exception du fait qu'ils étaient proposés sur écran ou sur papier, les documents ayant servi aux tests étaient rigoureusement identiques : taille de la police, interligne ...

 



Étude 1

 (77 participants, âge moyen 21 ans)

 

Chacun a reçu une liste de 21 activités, avec pour chacune 2 descriptions :

Exemple :

"Faire une liste" c'est :

1/ S'organiser

2/ Écrire des choses les unes après les autres.

 

Chaque participant a choisi une réponse pour chaque question.

Étude 2

(81 participants , âge moyen 21 ans)

 

Chaque participant a dû lire une courte histoire qui racontait de manière très détaillée les vacances en famille d'un personnage et les conséquences sur lui.

Après lecture du texte, on a demandé chaque participant de répondre sur papier à 24 questions à choix multiples. (12 portant sur des détails cités dans le texte, 12 sur des points qu'il fallait déduire du texte lu)

(les participants ignoraient qu'ils allaient devoir répondre à des questions portant sur le texte)

Étude 3

(60 participants, âge moyen 20 ans)

 

On a présenté à chaque participant un tableau, qui décrivait les performances supposées (puissance, vitesse, accélération, consommation ...) de 4 modèles de voitures japonaises imaginaires. Une d'entre elles étant visiblement plus performante que les autres.

 

Chaque participant avait 2 minutes pour lire ces descriptions, puis devait choisir celle qui  avait les meilleures performances.


Résultats Étude 1

Les participants ayant réalisé le test sur support papier ont privilégié de façon significative les réponses correspondant à une  analyse abstraite de la tâche. Pour reprendre notre exemple, à la question, pour vous, "faire une liste" c'est ? ils ont choisi le plus souvent : "s'organiser".

Au contraire les participants sur écran, ont choisi les réponses "pratiques" dans notre exemple : "écrire des choses les unes au dessous des autres."

Résultats Étude 2

Les participants ayant lu le texte sur papier ont  mieux répondu aux questions portant sur les informations qu'il fallait déduire du texte que ceux ayant lu le texte sur tablette.

À l'inverse les personnes ayant passé le test sur écran, ont été plus performants pour répondre aux questions portant sur les détails concrets, cités dans le texte.

 

 

Résultats Étude 3

66 % des participants ayant passé le test sur papier ont trouvé la bonne réponse (voiture la plus performante) 

Seulement 43% dans le groupe qui l'a passé sur tablette, a désigné la bonne voiture



Que penser de cette étude ?

Entre les partisans du papier et ceux du numérique, la bataille fait rage. Les auteurs de cette recherche n'ont pas de parti pris, leur but est d'optimiser l'utilisation du numérique.

Cette recherche montre qu'il existe un réel impact des tablettes sur le traitement des informations.

Chaque support prédispose à un type de traitement par le cerveau de ce qui est lu :

  • Si vous avez besoin de mémoriser des détails, la tablette est plus performante.
  • Si vous avez besoin de comprendre le sens général, de faire des inférences ou de mettre en lien les informations contenues dans un texte le support papier est plus efficace.

Dans une dernière expérience. Les chercheurs ont cherché à savoir, s'il était possible de compenser l'effet la tablette sur le niveau de traitement. Ils ont repris l'étude 3, mais en scindant les participants en trois groupes.

Le but était  de pousser le cerveau à traiter l'information sur écran, comme il le fait sur papier.

Un des groupes réalisait un exercice de réflexion de type "pourquoi", avant d'effectuer la tâche d'identification de la voiture la plus performante,.(un autre de type "comment" et un dernier aucun exercice préalable.)

L'analyse statistique a révélé que 48% du groupe ayant effectué cette réflexion (pourquoi) préalable à trouvé la bonne réponse , contre 25% du groupe ayant réfléchi à "comment" et 30% du groupe n'ayant fait aucune tâche de réflexion préalable.

Vous pouvez lire l'étude publiée par G. Kaufman et Mary Flanagan en cliquant ici

À l'ère du tout numérique, quel impact sur nos enfants ?

Voilà la vraie question ! Comment va se développer le raisonnement des enfants si, pour eux, l'information se résume à "une suite de "détails"?

À notre époque où la généralisation des tablettes et des écrans interactifs est présentée comme la panacée, il serait judicieux de réfléchir à une utilisation équilibrée de ces deux supports.

 

C.A.

Un grand merci à El Mundo Educativo grâce à qui j'ai découvert cet article passionnant.




Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Citizen_gui (jeudi, 11 août 2016 13:17)

    Je suis très étonné des résultats du tests 2. J'aurai eu tendance à penser que, du fait qu'on utilise la lecture sur un écran, on survole plus un texte en s'attardant moins sur les détails. Et bien j'avais tord.
    Merci d'avoir diffusé ces résultats intéressant.

    PS: je suis pour un support papier. :)

  • #2

    Christine (lundi, 12 septembre 2016 19:31)

    Bonjour Citizen Gui .

    En effet, le résultat de cette étude est surprenant. Ce que je trouve assez inquiétant, c'est l'impact sur les capacités d'abstraction des lecteurs. C'est un peu comme si lire sur écran, nous empêchait de faire le lien entre les informations. Le test 3 va être, j'en suis persuadée, examiné à la loupe par les communicants.
    En attendant, j'ai passé l'été à interroger des étudiants de mon université sur leurs habitudes pour apprendre les cours, et tous, ou presque, passent sur support papier dès que les informations à intégrer sont complexes.
    Affaire à suivre ...

    Cordialement
    C.A.