Mémoire, mémoire, dis-moi ce que tu fais, je te dirai si je t'ai.

La mémoire plusieurs modules qui coopèrent :            Mais, qui fait quoi ?

Qui n'a jamais pensé : je n'ai pas de mémoire ?  Mais de quelle mémoire parliez-vous ?

 

Plutôt qu'un long discours, je vous propose un visuel, adapté du modèle de Baddeley.

Les modules de la lecture

Pour lire les modules utilisés sont :

Mémoire "à court terme"* : Calepin visuo-spatial pour les signes écrits, boucle phonologique pour leur transformation en sons, sous la houlette de l'administrateur central.

Le sens est stocké dans la mémoire à long terme, sous forme d'un réseau lexical dans la mémoire sémantique.

* Mémoire de travail.


Une complexité  source de difficultés et de solutions

La mémoire        se travaille

De multiples modules qui coopèrent, c'est bien sûr le risque que l'information soit perdue ou dénaturée pendant son traitement. Ainsi des études sur les TDA (troubles de l'attention) montrent que l'administrateur central pourrait être la cause du problème. Mais d'autres chercheurs mettent en cause le temps de maintien de l'information dans les modules de traitement.

A contrario, la modularité permet des stratégies de compensation quand un module est moins efficace.

Êtes-vous plutôt mémoire visuelle ou auditive ?

La mémoire de travail qui stocke des informations provisoires est limitée, dans sa capacité et dans le temps pendant lequel elle maintient les infos. Mais notre cerveau "apprend" à automatiser certains processus, et ainsi y libère de l'espace.

L'administrateur central "apprend" à ne pas se laisser détourner de la tâche en cours, c'est ce que nous appelons rester concentrer.

Le stockage dans la mémoire à long terme semble être facilité par l'abondance d'informations déjà stockées.


La mémoire ne s'use que si on ne s'en sert pas !    Pensez y !

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    elyette.peyrous@laposte.net (mardi, 12 décembre 2017 22:43)

    Bonsoir, ma fille est dyspraxique et sa mémoire de travail n'est pas très efficace. Pouvez vous m'éclairer sur ce sujet complexe et me dire si des thérapeutes peuvent aider ma fille à progresser ?
    Merci d'avance pour votre réponse.

  • #2

    Christine Argensse (mercredi, 13 décembre 2017 20:57)

    Bonjour !
    La dyspraxie peut atteindre diverses fonctions et vous ne précisez pas dans votre message, ce qu'il en est pour votre fille. Je vais néanmoins essayer de vous répondre, sur un plan plus général.

    En premier lieu, un psychologue spécialisé dans les troubles cognitifs peut faire des tests de mémoire de travail, afin d'évaluer où en est votre enfant.

    La mémoire de travail a la particularité d'être constituée de plusieurs modules organisés autour d'un unique gestionnaire central, qui sert d'interface entre eux et avec la mémoire à long terme.
    Chaque module est dédié, c'est à dire qu'il stocke pour un temps très bref, un seul type de données.

    En ce qui concerne la lecture, les deux modules sollicités sont le calepin visuospatial , qui "imprime" les mots écrits, et la boucle phonologique qui retient la chaîne de sons correspondante.
    Les études menées à ce jour semblent montrer que l'empan, c'est à dire la quantité d'éléments qu'on parvient à stocker en même temps dans un module tourne autour de 9, et ne pourrait pas être augmenté.
    Mais alors, me direz-vous, comment se fait-il que certaines personnes semblent avoir une meilleure capacité de traitement (une facilité à réfléchir sur les informations) que d'autres ? En fait, elles utilisent plus efficacement leurs 9 clusters, en mettant plus de choses dedans.
    Voici un exemple que nous avons tous vécu : si vous essayez de garder en tête, un numéro de téléphone, le temps de le noter, c'est impossible si vous vous le répétez chiffre pas chiffre ( 0 6 5 5 ...) . D'ailleurs, ça ne vient à l'idée de personne de procéder ainsi, vous allez naturellement le regrouper en segments ( 06 55 ... ou 065 5.... .... ) .
    Nous faisons cela parce que nous sommes d'autant plus performants que nous utilisons moins de clusters.
    Dès lors, toute stratégie qui vise à regrouper les informations "améliore" ou plutôt facilite le travail de notre MdT. De plus, si de nouvelles informations arrivent, elles prennent la place de ce fameux numéro que vous ne vouliez oublier sous aucun prétexte, pendant que vous cherchiez désespérément de quoi écrire.
    En clair, si votre fille entre dans la pièce à ce moment là, et vous demande, à quelle heure vous irez faire du shopping avec elle, il y a de grandes chances pour que vous deviez chercher le numéro dans l'annuaire.

    L'autre souci, avec la mémoire de travail, c'est qu'elle n'a qu'un seul administrateur central, et que celui-ci ne peut pas s'occuper de tout le monde en même temps.
    Ce sont les fameux, troubles de la concentration : l'administrateur central change de tâche , donc de module de traitement, au gré des stimuli de notre environnement. C'est le cas de tous les jeunes enfants qui passent d'une activité à une autre, puis progressivement apprennent, ou pas, à se tenir à une seule activité (à se concentrer).

    Dans le cas d'un trouble comme la dyspraxie, le cerveau doit en permanence compenser ses effets sur le regard, ou sur la motricité fine par exemple, ce qui est coûteux en terme d'attention, donc en ressources pour la MdT.

    À la lumière de ce que je viens de vous expliquer, il faudrait essayer d'en mettre plus dans chaque cluster, en regroupant les informations de façon logique,par exemple. C'est ce que propose nombre de méthodes qui promettent d'améliorer la mémoire (Attention ! Beaucoup sont fantaisistes).
    Vous pouvez aussi organiser le travail en séquences courtes, le morceler. Au lieu d'apprendre toutes les dates du cours d'histoire, en une fois, en apprendre 2, en les associant à des évènements qui relèvent de la mémoire épisodique, (qui est la plus performante que nous ayons), puis illustrer le cours de science ou de géographie, (ne surtout pas mettre le nez sur un écran) Ensuite, reprendre ces deux dates, plus deux autres ... et ainsi de suite.
    Une autre stratégie est d'automatiser un maximum de choses, au premier rang desquelles la lecture.
    L' automatisation des tâches allège la charge sur la MdT.

    Si vous souhaitez en savoir plus sur le fonctionnement du cerveau pendant la lecture, je vous invite à lire l'ouvrage que j'ai publié cet été "L'écrit est une jeu d'enfant !" . Vous y trouverez aussi de nombreux jeux pour automatiser la lecture, mais aussi, pour aider à la concentration et remplir de façon optimale nos fameux clusters.

    J'espère vous avoir apporté quelques réponses utiles et, si vous avez d'autres questions, n'hésitez pas à me recontacter.

    Cordialement

    C.A.